J’ai participé à un Freelances Travel

Une semaine, huit freelances, une villa, l’océan

Freelances Travel est une expérience de Coliving imaginée et pilotée par Nolwenn Nasri, elle-même freelance. Son initiative génialissime a immédiatement rencontré son public et les séjours affichent aujourd’hui complets plusieurs mois à l’avance.

Le concept :

Partager une villa de rêve, bookée avec soin, avec une dizaine d’autres indépendants pendant une semaine. Ateliers échanges de compétences, yoga, surf, coworking, visites locales, resto… Le programme est aussi bien huilé que les Villa sont folles !

La liberté du freelance alliée à la force du collectif, c’est tout ce qu’on aime chez Cocoweco. Voici mon retour d’expérience :

Samedi

Huit freelances arrivent à Vieux-Boucau-Les-Bains. On ne se connaît pas, on ne connaît pas l’endroit… Mais l’excitation règne. Un peu d’appréhension aussi. On s’apprête à passer une semaine ensemble. Est-ce que ça va le faire ?

Les arrivées se font petit à petit. Les bonjours sont chaleureux, mais on attend tous de voir. On répartit les chambres, et on fait le tour de la villa. L’occasion de faire une storie pour certains.

Et pour cause, la maison est particulièrement instagrammable.

Une cuisine toute équipée, un séjour immense et deux salons. La table de repas peut accueillir facilement 12 personnes. Les chambres sont spacieuses. C’est clair, on ne se marchera pas dessus.

À l’extérieur, c’est encore mieux. La piscine est dingue, l’herbe digne d’un green de golf et le salon de jardin donne envie de travailler au grand air pendant 7 jours.

Voici l’équipe : deux UX designer, deux graphistes, un directeur artistique, un développeur, un webdesigner et une coach en nutrition. De 24 à 40 ans.

Question logistique, Nolwenn s’est déjà occupée de tout. Une commande drive nous attend. Trois d’entre nous partent en voiture pour la récupérer. Au retour, tout le monde prête main-forte. On décharge, on sort les paquets, les courses, on range. On parle des menus et on commence à organiser la vie quotidienne.

Tout le monde est à l’aise et c’est tant mieux car c’est parti pour l’ice-breaker. On s’installe au jardin. Nolwenn récupère les objets de tout le monde (choisis avant le départ pour l’occasion), les met dans un sac et commence le tour de table. Elle sort les objets un à un. À nous de deviner à qui ils appartiennent. L’exercice est intéressant. Tout le monde joue le jeu et la glace se brise peu à peu. Les premiers rires, les premières anecdotes, le premier apéro. Tout le monde est déjà convaincu.

On prépare le repas selon les tours de cuisine définis plus tôt.

Première soirée magique, on a presque l’impression de se connaître un peu. La moitié d’entre nous se couche tard.

Dimanche

On ne change pas le programme dominical habituel : grasse mat pour tout le monde, déjeuner puis balade. La forêt est à deux pas, l’océan à 5 minutes en voiture. On découvre notre environnement avec plaisir. Un sans-faute.

Lundi

On commence dans le dur : session sport pour qui veut. Nolwenn nous a prévu un cours de Pilate en visio à 8h. Presque tout le monde est sur le pont et on finit la séance avec l’annonce de belles courbatures à venir.

Et puis le coworking s’organise. Chacun prend ses quartiers. Sur le canapé d’un des salons, dans sa chambre, ou sur la table géante de la salle à manger. Une avalanche de chargeurs s’abat sur le sol et un silence religieux s’opère.

11h30, il est temps de penser au déjeuner. Les cuistos du jour s’affairent, d’autres mettent la table, d’autres discutent autour de l’îlot, en attendant de prêter main-forte.

Le déjeuner commence et avec lui, le désormais habituel tour de table. Une question est posée à chaque repas, et chacun y répond tour à tour. Une façon d’en apprendre plus les uns sur les autres, les points communs, les différences de points de vue sur telle ou telle facette de nos métiers. Ça lance des débats passionnants. Quelle que soit la question, tout le monde a toujours quelque chose à dire.

Balade digestive en forêt et on se remet tous au travail.

À 16h, on s’arrête. Un atelier productivité est organisé en visio avec Camille Cohignac. On y parle d’outils, de routines, et d’un sujet que je trouve passionnant : les softs et les méthodes qu’on teste au chausse-pied. On se reconnaît tous là-dedans. Nombre d’outils sur le marché nous font de l’œil et on se sent obligés de les essayer. Pourtant, souvent, ils ne sont pas adaptés à nos process. Et on essaie quand même, on les tord dans tous les sens, on s’épuise et on finit par se dire que ce sont nos méthodes elles-mêmes qui ne font pas le poids. On essaie de s’adapter à ces outils avant de comprendre que ce sont eux qui doivent s’adapter à nous. Bref, très intéressant.

Mardi

Coworking. Le cours de surf est reporté pour raisons météo. Du coup ça bosse dur aujourd’hui. Courses d’appoint et balade en forêt. Le soir, atelier nutrition avec notre colloc, coach en nutrithérapie. Une heure passionnante et riche en enseignements. On finira quand même sur un apéro, le plus sain possible.

Mercredi

Coworking et atelier échange de compétences. Ma passion ! Plus tôt dans le séjour, Nolwenn a sondé tout le monde pour définir des sous-groupes de travail. Untel a besoin de conseils en marketing, une telle veut de l’aide pour paramétrer Zapier, un autre souhaite échanger sur les routines de travail des uns et des autres. Deux d’entre nous finiront même par une conf collective. Le premier a amené sa prez et nous apprend comment structurer et organiser notre veille, la deuxième nous partagera son workflow de création de contenus vidéo pour une chaîne Youtube.

Jeudi

On commence la journée avec un atelier Yoga/Méditation dès 8 heures. Les courbatures sont encore là, alors on apprécie particulièrement les étirements. La journée commence bien. Coworking etc.

Premier resto le soir. Grand luxe. Saumon gravlax et foie gras. On apprécie de mettre les pieds sous la table.

Vendredi

Coworking le matin. On a passé un stade dans nos relations. On se parle plus facilement des galères, des clients mauvais payeurs… Les soucis des uns ont la considération des autres. Oreilles attentives et conseils avisés font partie des sessions de travail. Pendant que la moitié du groupe est au cours de surf, l’autre bosse à la Villa. Ceux qui ont moins de boulot préparent un bon petit plat pour ceux qui sont charrette. C’est le dernier jour alors l’aprèm est consacrée à la visite d’Hossegor, Bayonne et Biarritz. Resto le soir et chill. Le retour à la Villa n’est pas pareil, on passe une tête dans la chambre des uns et des autres, on discute tard. Comme un début de nostalgie.

Samedi

On charge les valises et on remet la villa en ordre. Un dernier tour de table et tout le monde se dit au revoir. La plupart commencent le voyage retour ensemble et s’arrêteront en terrasse pour un dernier resto sur Bordeaux.

Ce n’est qu’un au revoir. Vous devinerez aisément que l’aventure ne s’arrête pas là. Des collabs verront le jour. Et surtout, on veut recommencer, le plus tôt possible.

Pour ma part, j’ai rencontré des gens formidables, animés par le partage. Des gens qui ont compris que l’une des plus grandes richesses de notre modèle de travail réside dans les rencontres que l’on peut faire et dans leurs apprentissages.

Merci Christelle pour ta sensibilité et ta gentillesse,

Merci Florian pour les fous rires et pour l’atelier veille,

Merci Guillaume pour ton écoute et ta maturité,

Merci Thomas pour ton inspiration et tes conseils,

Merci Myriam pour tout ce que tu nous as appris sur le bien manger et pour ton incroyable dynamisme,

Merci Laeticia pour tes conseils et tes punchlines,

Et enfin merci à Nolwenn, d’avoir compris que c’était un besoin pour beaucoup d’entre nous, merci d’avoir créé Freelances Travel, merci pour ton organisation sans faute, pour ton abnégation, parfois, au service du groupe. Merci pour tout ça, et à bientôt !